Visioconférence

L’évolution de la Visioconférence : VaaS & Interopérabilité

Si la visioconférence est bien présente depuis des années dans les entreprises (pour souvenir les premiers essais sur RNIS avaient déjà lieu en 1997 !), la tendance est aujourd’hui à la généralisation de son utilisation, son intégration dans les outils collaboratifs et son utilisation dans des situations de mobilité.

L‘Investissement de Cisco prouve le dynamisme du secteur : rachat de Webex, Tandberg, un nouvel outil collaboratif Cisco Sparks puis tout récemment en 2016 le rachat d’Acano. Les offres et les outils sont légions et le secteur est tiré en avant par les solutions grand public très largement utilisées tel que Skype ou Hangout.

L’occasion de faire un point sur les Architectures Visioconférences et l’intérêt du VaaS (Video As a Service) dans ce contexte.

Article rédigé par Morgan Charpentier, Architecte réseau et sécurité chez Ozitem

Le premier défi de l’entreprise est l’interopérabilité de son système de visioconférence avec les solutions tierces et avec tout type d’équipement dans le contexte actuel du BYOD.

Dans les raisons principales évoquées pour adopter un système de visioconférence,  celles qui reviennent le plus souvent sont la réduction des coûts liés au déplacement ainsi que l’amélioration de la communication entre collaborateurs. A vocation plutôt interne donc, pour laquelle l’infrastructure minimale est :

  • Les codecs et caméras (Exemple Cisco SX80) voir les combos camera codecs écrans pour les petites salles ou bureaux (Exemple Cisco DX70/80)
  • Un gestionnaire d’appel  : qui détient le rôle de gatekeeper H323 ou Proxy SIP
  • Un pont de conférence (MCU) pour gérer les appels incluant plus de 3 participants

Il s’agit d’infrastructures déjà adoptées aujourd’hui, mais qui par la demande croissante en mobilité et par le BYOD ne demande qu’à s’élargir vers l’extérieur avec par exemple les besoins suivants :

  • Visioconférence en B2B avec ses partenaires externes
  • Visioconférence en B2C par Webconférence ou via les outils grands publics Skype, Hangout dans une utilisation de relation client ou dans le processus de recrutement
  • Visioconférence en Mobilité depuis smartphone ou tablette.

C’est là que l’infrastructure se complexifie, car il est nécessaire de prévoir un ensemble de gateway faisant l’adaptation protocolaire ainsi que la traversée des  firewalls. En effet les protocoles visio (H323, SPI, TIP) sont gourmands en ports UDP dynamiques et vivent mal la translation d’adresse. On retrouvera donc dans une infrastructure Cisco les briques d’architecture suivantes :

  • Expressway-E et Expressway-C permettant d’adapter les protocoles H323 et SIP à la traversée de firewalls et de NAT. Les protocoles media RTP/RTCP utilisent des ports dynamiques qui passent avec difficulté les firewalls même avec l’utilisation de helper.
  • TMS-PE pour l’interopérabilité avec Webex en mode Webex CMR (utilisation d’une salle physique de visioconférence dans une webconférence Webex)
  • Expressway Microsoft Interop: pour l’interconnexion à Lync For Business
  • Conductor: pour adapter le flux visio conférence multiparty aux différents formats

Internet

Dans cette perspective, l’infrastructure en mode VAAS prend tout son sens. L’entreprise conserve ses investissements en termes de terminaux et de contrôle de ses appels internes et fait appel à un service VAAS pour l’externalisation de sa partie bridging.

Les avantages sont nombreux :

  • Simplification de l’architecture
  • Simplification du modèle économique et du licensing: paiement à l’utilisateur ou au nombre de communications simultanées sans avoir à dimensionner individuellement MCU et gateways.
  • Évolutivité : l’interopérabilité est de la responsabilité du fournisseur de service.

 

Le second challenge réside dans l’ouverture de la visioconférence à la mobilité et à la qualité de service du réseau. Si sur le réseau interne et MPLS ce paramètre est maîtrisable, qu’en est-il dans le cadre de l’utilisation en mobilité,  à l’international et au travers Internet ?

La connexion depuis l’Asie au pont de conférence hébergée dans les Datacenter français de l’entreprise permet-elle de garantir au travers internet ces besoins en bande passante, jigue, perte de paquet et latence ?

Resolution 1080p 1080p 1080p 720p 720p 720p
Motion Handling Best Better Good Best Better Good
Video per Screen (kbps) 4000 3500 3000 2250 1500 1000
Audio per Microphone (kbps) 64 64 64 64 64 64
(5 fps) Content Sharing Video Channel (kbps) 500 500 500 500 500 500
Content Sharing Video Audio Channel (kbps) 64 64 64 64 64 64
Jitter < 10ms
Packet Loss < 0.05%
Latency <150ms (on-way) or <300ms RTT

 

Là encore une infrastructure VaaS  présente de nombreux avantages en permettant aux utilisateurs en mobilité de se connecter au Bridge Visio le plus proche de sa localisation et en utilisant l’infrastructure cloud du prestataire et ses liens entre ses différents points de présence qui garantissent les besoins en QOS. A la manière des réseaux de contenu. L’entreprise n’a donc pas à investir dans de nouveaux liens télécoms coûteux et seul son accès internet de son Datacenter France doit être suffisamment dimensionné.

 

Visioconférence

 

La Visioconference As A Service présente donc le double avantage d’améliorer la qualité du service rendu, critère primordiale pour qu’il y ait adhésion à la solution par les utilisateurs, et de pérenniser les investissements matériels en codecs, écrans, caméras déjà déployés. Nous décrirons dans un prochain article la solution @Visio dans ce contexte.

 

Vous voulez en savoir plus sur notre solution @Visio ?

C’est par ici !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *